Bofill n'a créé que deux opérations immobilières à vocation d'habitat à Paris. La première est réalisée en 1985, dans le 14ème arrondissement et la seconde au coeur de la ZAC Rive Gauche en 2002.

Les logements sociaux Place de Catalogne, Paris 14ème, 1983 (métro Gaité)

A la demande de la SAGI, maître d'ouvrage, c'est Ricardo Bofill qui s'est chargé en 1985 de faire sortir de terre 270 logements sociaux, place de Catalogne. Son but ici était de réconcilier les Français avec l'architecture contemporaine, en mêlant dans un grand syncrétisme architecture classique française avec colonnes, pilastres et frontons, et matériaux contemporains. La place ronde, inspirée de l'architecture baroque, a effectivement une allure de monument classique. Ceci dit, tombe-t-on dans le pastiche ? Bofill veut cet ensemble "pleinement moderne" en intégrant certes des éléments du passé, mais en les utilisant "à contre-emploi"

placa1

Voulant réconcilier le grand public avec l'architecture moderne, l'architecte Ricardo Bofill puise largement dans "la mémoire et l'inconscient collectifs" populaires, qu'il estime nourris de nostalgie pour l'architecture classique française. Ici, la place ronde est plutôt inspirée par l'architecture baroque italienne

   

place_catalogne

La place de Catalogne, d'inspiration baroque

La façade semi-circulaire relie et articule deux places intérieures arrondies que l'on gagne en franchissant l'arche centrale monumentale : à droite, la "place de l'amphithéâtre" s'ouvre sur le jardin public. A gauche sur la première photo, autour du jardin de la place de Séoul, l'architecte catalan décline les formes de l'art classique: les chapiteaux ne soutiennent rien, les colonnes de verre sont les bow-winows des appartements, la pierre de taille est du béton préfabriqué

cata_2

Les Bow-windows des bâtiments

Ainsi, l'architecte a voulu recréer un esprit classique au coeur de Paris:

boffilfi   boffildg

Volonté de  Bofill: retrouver l'esprit classique - Résultat: Une architecture plus aérée, sans fronton

Paris 13,ème, Quartier Masséna, ZAC Rive Gauche, 2002 (station BNF-François Mitterand)

En 2002, la société immobilière de Rotschild (Cogifrance) demande à Bofill, associé aux architectes Giraud et Hecly, de dessiner un projet d'immeuble d'habitat de 6000 m². Le résultat est le suivant: 62 appartements de très haut standing, au coeur du quartier Masséna, résolument moderne, et s'intégrant totalement au reste du quartier en construction. Bofill ne s'inspire plus du classicisme mais adopte un ton plus contemporain, rompant ainsi avec ses réalisations des années 70 et 80.

paris_13

Certains regretteront la perte d'un style particulier, mais aujourd'hui à Paris, on ne peut créer des bâtiments sortant de l'ordinaire. La volonté est ici de voir s'ériger des immeubles luxueux correspondant aux standings d'aujourd'hui, en s'associant à un architecte de renom, qui n'a certainement pas du avoir beaucoup son mot à dire dans cette réalisation. Cependant, on retrouve une certaine touche de Bofill, s'inspirant de ses dernières réalisation d'immeubles de bureaux: mélange de métal et de béton, jeu sur les formes des balcon, la villa au dernière étage...Bref, le but de cet immeuble était aussi de s'ntégrer au reste du quartier marqué par la forte présence de bureaux.